A.J.A.AG.L.F.S (Association de la jeunesse algérienne d’avant-garde de lutte contre les fléaux sociaux).


Promotion SABRACHOU SAID

Cité Seghir Bureau N° CP: 06000

(W) de Bejaia
Algérie

Tel. +213(34) 17 47 40

Fax. +213(34) 12 66 33

Mobile. +213(554) 55 73 73

République Algérienne Démocratique et Populaire
A.J.A.AG.L.F.S (Association de la jeunesse algérienne d’avant-garde de lutte contre les fléaux sociaux).
Liberté parle de la AJAAGLFS
“AJAAG.LFS”, une association pour juguler les fléaux sociaux sur le terrain
Le 16-01-2012 13:34:32

L’Association jeunes Algériens d’avant-garde contre les fléaux sociaux dispose, exceptionnellement, d’un numéro vert (4 chiffres) : le 30-06.

L’Association jeunes Algériens d’avant-garde contre les fléaux sociaux a vu le jour le 10 avril 2010 à Béjaïa. Cette association serait, a priori, unique en son genre à l’échelle nationale.
Son président, Mohamed Ouhab, dans son exposé relatif aux “missions et objectifs” de l’association estime qu’“un jeune sorti de prison ne doit plus y retourner, la prison étant faite pour les corrupteurs et les corrompus !”. JAAG-LFS, qui fait du “salut de la naïve et innocente adolescence” un véritable sacerdoce, se veut, par ailleurs, “être la caisse de résonance des appréhensions, des inquiétudes mais également des espoirs de milliers de parents dont elle se charge d’exprimer, de ce fait, les exigences à l’endroit des pouvoirs publics”. L’association entreprend des initiatives sur le terrain comme celles qui consistent “à organiser des exposés, des conférences-débats au sein d’établissements scolaires, notamment les CEM et les lycées, et même à l’université ; entrer en communication avec des détenus dans les prisons, ceux qui, en particulier, sont sur le point de retrouver la liberté ; prendre en charge (psychologiquement) des jeunes à peine sortis des maisons d’arrêt afin de les aider à se réinsérer sans complexe, à s’auto-réhabiliter et appréhender l’avenir avec sérénité et prendre l’engagement à se comporter de façon aussi irréprochable qu’exemplaire”. Il arrive même que l’association intercède en faveur du recrutement des jeunes chômeurs.  Pour optimiser son plan d’action, l’association a mis en place un réseau comprenant 19 délégués (à raison d’un délégué par daïra, et chacun avec son bureau) et 52 autres (soit un délégué pour chacune des 52 communes que compte la wilaya de Béjaïa). Une “toile” bien tissée, en somme, étoffée de jeunes dont l’âge varie entre 25 et 35 ans. “Une fois par bimestre, les délégués des daïras se réunissent avec leurs collègues des communes pour faire le point, dresser un bilan des actions menées et réévaluer la fréquence des fléaux, les nouveaux, quand ils surviennent, étant aussitôt enregistrés et étudiés”, apprend-on également. Par ailleurs, l’association anti-fléaux sociaux dispose, au niveau du bureau de wilaya, d’une équipe de 9 psychologues mis à sa disposition par la DAS (direction de l’action sociale) qui les rémunère.
Toutefois, si la noblesse de la raison d’être de JAAG.LFS est incontestable, il n’en demeure pas moins qu’il y a une tentation tout aussi perverse à laquelle il ne faudrait pas céder : la persécution gratuite (la chasse aux sorcières, en somme), ou s’immiscer dans la vie privée et intime des citoyens.
L’Algérie étant signataire des conventions internationales. Les libertés physiques dont le droit au respect de la vie privée, la liberté corporelle sont garanties.

Par : Mustapha BENSADI

Le 16-01-2012 13:34:32